Afficher le menu

Se tenir prêt pour son déploiement d’urgence

Dernière mise à jour:
Points clés
  • Procéder à une évaluation honnête de votre état de préparation physique et psychologique par rapport au déploiement contacter la Section de bien-être du personnel du HCR pour sa préparation psychologique, à moins d'avoir récemment participé à un WEM ;
  • discuter du déploiement avec son conjoint et ses amis. Si l'on a des enfants, les aider à comprendre ce que l'on est appelé à accomplir ;
  • avant le départ, demander à quelques amis proches de demeurer régulièrement en contact avec soi ;
  • préparer un plan réaliste pour prendre soin de soi-même ;
  • veiller à ce que ses affaires personnelles financières et administratives soient en ordre et suivies ;
  • s'assurer, en cas d'absence, d'avoir un remplaçant fiable au bureau ;
  • veiller à sa santé. Ne pas négliger ses rendez-vous médicaux et de soins dentaires ;
  • veiller à ce que ses documents de voyage sont en ordre ;
  • s'informer concernant l'opération ;
  • garder une attitude positive et un esprit ouvert concernant son rôle dans l'opération concernée.

Aperçu

La préparation au déploiement d'urgence requiert normalement que l'on tienne compte de trois domaines. Ce chapitre traite de :

  • la préparation psychologique - pour soi, sa famille et ses amis ;
  • la préparation pratique, nos affaires personnelles et professionnelles comprises, et quoi emporter ;
  • la préparation situationnelle. Il est nécessaire d'étudier et comprendre autant que possible le contexte opérationnel au sein duquel on est appelé à travailler.

On pourrait être appelé, à brève échéance, à se déployer en faveur d'une urgence (Les membres de la liste interne d'urgence du HCR se sont engagés à se déployer dans les 72 heures.). On pourrait disposer de peu de temps pour se préparer et le déploiement interrompra et modifiera sensiblement ce que l'on est en train de faire.

Une mission d'urgence peut aussi constituer un défi à son bien-être : les heures de travail, particulièrement au début, seront longues ; les conditions de travail peu idéales ; les conditions de vie spartiates ; la sécurité pourrait constituer un facteur de préoccupation ; dormir pourrait en pâtir ; l'on peut être efficient à ces conditions mais l'on sera beaucoup mieux à même de gérer le stress du déploiement si l'on s'y prépare adéquatement.

Les missions d'urgence peuvent aussi être source d'anxiété pour les personnes nous entourant. Les déploiements peuvent facilement perturber nos relations avec nos partenaires, épouses, enfants et amis. Ils pourraient tous avoir des inquiétudes et il est important de trouver les moyens de les associer à la préparation au déploiement.

Conseils principaux

Politiques principes ou normes sous-jacents

Depuis 2012, la préparation psychologique est offerte comme sujet de formation à l'ensemble du personnel affecté aux postes de types D et E. Elle couvre un nombre potentiellement important de sujets.

  • Les questions personnelles et familiales ;
  • les dispositions pratiques et logistiques à domicile ou à son lieu de travail ;
  • les préparatifs pratiques au déploiement ;
  • la préparation psychologique.

Lorsque l'on se prépare psychologiquement, on adapte ses ressources intérieures à la situation à venir. Une personne psychologiquement préparée s'attend à certains défis, anticipe leurs retombées, comprend comment elle réagira, est en mesure de répertorier ses ressources intérieures, et sait où et comment trouver de l'aide en cas de besoin. When you prepare psychologically, you attune your inner resources to the coming situation.
Les personnes diffèrent quant au degré de préparation dont elles ont besoin. Certaines se préparent très rigoureusement. Leur préparation est planifiée et détaillée. D'autres se contentent d'accompagner le courant. Déterminer le niveau de préparation qui nous convient.

L'attitude est un facteur important et affectera la capacité de réussir au sein de l'environnement exigeant et chaotique de l'urgence. Quelles sont les qualités requises des membres d'une équipe d'urgence ?

  • Être professionnel ;
  • avoir l'esprit d'équipe ;
  • être souple et compréhensif ;
  • avoir le sens de l'humour.

L'aptitude pratique à commencer
Le principe sous-jacent consiste à ne pas retarder son déploiement parce que l'opération de réponse d'urgence aura besoin de nous. Quelques jours, pour une opération en évolution rapide, peuvent faire une grande différence.

Les membres de la liste interne du HCR sont typiquement invités à éviter les engagements importants (mariages, grossesses, congés de paternité) pendant la période où ils doivent se tenir en réserve (9 mois). Notre environnement professionnel courant doit être prêt à approuver notre départ, à brève échéance. Prévoir à l'avance ce que nous emportons, bien que cela dépende, évidemment, du contexte.

La préparation conjoncturelle
Bien que l'on puisse et doive activement procéder à des recherches sur le pays et le contexte opérationnel dans lequel on est appelé à se déployer, il est clair que l'on ne peut s'y préparer sérieusement si l'on est appelé à se déployer en quelques heures ou jours.

Recommandations de bonnes pratiques

La préparation psychologique

Créer une image mentale. Songer au déploiement à venir et le comparer aux déploiements précédents. Transformer cet exercice en une préparation structurée, en réfléchissant à ce qui nous avait servi dans des contextes similaires et ce que nous aurions fait différemment. S'interroger sur les aspects du nouveau déploiement qui représenteront des défis majeurs pour nous, aux niveaux professionnel et personnel.
Cet exercice nous aidera à repérer les défis qui nous attendent et les ressources sur lesquelles nous pourrons nous appuyer pour y faire face et les gérer.

Évaluer son bien-être psychologique courant. Il peut se révéler difficile d'évaluer son propre état d'esprit. Néanmoins, essayer d'évaluer honnêtement la manière dont on a fonctionné au cours des derniers mois. A-t-on suffisamment et bien dormi ? S'est-on senti suffisamment énergique ? Quelle était son humeur ? A-t-on consommé plus d'alcool que d'habitude, ou d'autres substances ? Quel niveau de soutien social a-t-on reçu des autres ? A-t-on été en mesure d'aider les personnes autour de soi ? Fuit-on quelque chose ?
Les réponses à ces questions peuvent aider à déterminer les domaines auxquels nous devrions accorder plus d'attention. Une conversation avec un fonctionnaire chargé du bien-être du personnel (SWO) peut aider à répertorier plus facilement ces problèmes et à préparer un plan pour y répondre. Si, à l'issue de cet exercice, l'on ne se sent pas à l'aise concernant le déploiement, contacter un SWO pour une conversation confidentielle.

Se familiariser avec les réactions typiques de stress et de trauma. Lorsque l'on souffre de perturbations psychologiques, si l'on n'en comprend pas la cause, on peut avoir le sentiment d'avoir été abandonné par son corps ou son esprit. Si l'on est familiarisé avec les symptômes neurobiologiques du stress et des traumas, on sera plus à même de repérer rapidement les réactions de stress et mieux en mesure d'y répondre de manière utile. (Voir les chapitres « Résilience et adaptation au stress » et « Le point sur les incidents critiques et les traumatismes »).

Créer ses propres indicateurs de fatigue. Prendre conscience de ses réactions au stress constitue la première étape du développement d'une résilience. Lorsque l'on se trouve au milieu d'une situation difficile, il est difficile de prendre du recul et de décider de ce que l'on doit faire pour la modifier. Prendre note de la manière dont on se sent, réfléchit et se comporte lorsqu'on est à la limite de ses moyens ou extrêmement fatigué. Discuter de notre liste avec des amis qui nous connaissent bien ; leur demander de la commenter et d'y ajouter leurs observations nous concernant.
Le « système des copains ». Il est prouvé que l'assistance d'amis proches aide à soutenir les personnes travaillant sous stress. Demander à quelques amis de confiance ou membres de la famille de nous surveiller régulièrement lors de notre déploiement. Si possible, discuter de la manière dont ils « nous suivront » et des signes d'alertes qu'ils devront repérer. Recourir à nos propres indicateurs de fatigue.

Mettre au point un plan pour prendre soin de soi. (Voir le Chapitre « Résilience et adaptation au stress »). Songer à ce qui nous aide, normalement, à nous relaxer (musique, livres, sport, etc.). Tenir ces éléments prêts : préparer ce qui nous stimule et de la musique, de la nourriture, des photos, des équipements de sport (corde à sauter, balle d'exercice pilate, équipement de football). Concevoir un plan réaliste pour prendre soin de soi, que l'on sait pouvoir mettre en pratique.

Soigner ses relations. Le déploiement d'urgence perturbe les relations. Cela ne veut pas dire qu'elles se relâcheront mais l'on doit demeurer attentif à la manière dont elles seront affectées. L'expérience démontre que les relations perdurent le mieux lorsque tout le monde est associé à la préparation du déploiement. Cela paraît contraire à l'intuition : l'on peut être tenté de cacher à ceux qu'on aime les aspects dangereux ou déplaisants de l'opération. En leur attribuant un rôle, on aide, en fait, les personnes proches de soi à se préparer ; et elles éprouvent un sentiment d'accomplissement en nous apportant leur aide. Favoriser la dépendance mutuelle renforce le rapport qui nous lie ; si les personnes qui nous sont proches deviennent très anxieuses, prendre l'avis d'un SWO et se faire aider de lui.

Aider ses enfants à comprendre. Il est aujourd'hui de plus en plus difficile de dissimuler des choses aux enfants. Essayer de comprendre comment ils perçoivent notre monde. Les aider à comprendre où l'on va, ce que l'on va accomplir et comment on gardera le contact. Rester conscient du fait que ses enfants peuvent bien avoir entendu ou lu les nouvelles concernant l'endroit où l'on est appelé à être déployé.

Aptitude pratique à commencer

Mettre de l'ordre dans vos affaires. Il est important de mettre ses affaires financières, juridiques et quotidiennes en ordre avant son départ. Une fois en mission, il est improbable que l'on soit en mesure de régler ses factures, payer son loyer, ou prendre soin d'autres aspects de sa vie à domicile. Planifier pour ceci et s'assurer que ses affaires à domicile sont suivies ou peuvent attendre.

Santé. Passer ses examens médicaux et, si nécessaire, s'assurer avec son médecin qu'ils sont satisfaisants.
Passeport. S'assurer d'avoir son passeport (et, si requis, son UNLP) à portée de main, et qu'il reste valide pour au moins 18 mois (ou pour au moins six mois après la mission prévue).
Son travail actuel. Si l'on doit s'absenter de son poste actuel, s'assurer que des mesures de remplacement ont été prises et que l'on a convenu avec son superviseur de la manière dont les projets et activités en cours seront gérées en son absence.

Préparation conjoncturelle
Autant que possible, obtenir et lire les documents mentionnés ci-dessous concernant le pays où l'on se déploie. Si l'on se déploie par l'intermédiaire du HCR, le service d'urgence de la DESS (ou peut-être le pays approprié) peut nous les obtenir.

  • Ses termes de référence (son mandat).
  • un ordre du jour administratif de l'opération. (Souvent fourni à l'arrivée dans le pays) ;
  • les rapports les plus récents sur l'état de la situation ;
  • si elle est déjà disponible, de l'information récente sur l'opération concernant le pays. Voir sur le site Web du HCR, les Appels mondiaux du HCR ou le chapitre du Rapport mondial ;
  • pour les situations de réfugiés, se référer au portail pertinent de données du HCR ; pour les situations de IDP, voir la page de l'OCHA relative à la situation ;
  • les documents relatifs à la planification de l'opération : le plan de secours, le Plan de réponse pour réfugiés (RRP – réfugiés), le Plan préliminaire de réponse (PRP – IDP) ou le Plan stratégique de réponse (SRP) ;
  • les rapports et analyses des médias relatifs à la situation. Media reports and analysis of the situation.

Considérations pour une mise en œuvre pratique

Ne pas reporter la préparation à la dernière minute. Certaines choses peuvent être faites beaucoup plus tôt. Suivre, en particulier, le conseil offert, plus haut, à la sous-section « Préparation psychologique ».

Faire ses valises

Ne pas reporter la préparation à la dernière minute. Certaines choses peuvent être faites beaucoup plus tôt. Suivre, en particulier, le conseil offert, plus haut, à la sous-section « Préparation psychologique ».

Faire ses valises
  • Préparer immédiatement une liste de contrôle avant toute décision concernant son déploiement ;
  • l'adapter aux conditions du lieu où l'on est déployé ;
  • entamer ses valises tôt ;
  • ne pas attendre la dernière minute ;
  • disposer de petites et grosses valises ;
  • emporter aliments et produits médicaux essentiels, non communs pouvant être indisponibles ; emporter les effets personnels qui nous mettent à l'aise ;
  • acheter des équipements de camp, des habits, etc.
  • prioriser les choses légères et essentielles. Se tenir prêt à adapter le contenu des valises aux conditions qui prévalent (froid, chaleur, humidité, etc.) ;
  • déterminer ce que l'on est censé emporter et ce que l'on trouvera en arrivant (portable, équipement spécialisé, etc.). Le HCR assure généralement des équipements de TIC aux personnes qu'il déploie. (Voir le chapitre « Préparation aux situations d'urgence par les TIC ») ;
  • prendre avec soi un inventaire de ses affaires pour le cas où ses valises se perdent.

QUELQUES IDÉES POUR LES BAGAGES DANS LE CADRE D'AFFECTATIONS EN PLEINE CAMPAGNE
Moustiquaire autonome, traitée aux produits antimoustiques.
Sac de couchage muni d'une fermeture éclair, ayant subi un traitement antimoustiques.
Couverture et matelas polaires (dont un kit de raccommodement).
Son oreiller favori, des boules quies, masque pour dormir.
Bâche, douche solaire, couverture anti-feu.
Équipement de purification d'eau avec filtre intégré.
Tablettes de Micropur.
Ustensiles de cuisine (kit de camp), thermos.
Outil à usages multiples, lampe DEL, sifflet.
Lampe DEL.
Compas, briquet en acier, boîte à couture, boîte d'allumettes étanche.
Un paquet d'éponges à nettoyer.
Cadenas avec code, approuvé par la TSA
Lingettes, germicides.
Des attrape-moustiques à poignées.
Lampetorche à dynamo, gants de travail.
Piles.



  • Les conseils de Greg pour les missions d'urgence

  • J'ai réalisé il y a déjà longtemps que rien ne va pour moi sans une bonne nuit de sommeil. Je règle les détails relatifs à mon sommeil dès le départ et ne me rends nulle part sans mon oreiller favori. Je n'ai pas besoin d'un endroit raffiné – juste un endroitpropre où je peux être certain de dormir sans être, par exemple, dévoré par les moustiques. Sous les tropiques, ne pas se déplacer sans un filet ou une moustiquaire.
  • Un bon café pour entamer sa journée estde rigueur. Je voyage toujours avec une petite cafetière, une réserve de bon café moulu et une petite tasse.
  • Je ne vais aussi nulle part sans mon iPod, mes écouteurs et un haut-parleur. Disposer de ma propre musique n'est pas négociable et me permet de me sentir bien.
  • L'exercice est essentiel au bien-être. Je voyage avec mes chaussures de course et mes bandes d'exercice, et je peux faire mes petites sessions d'exercice n'importe où sur terre.
  • Coordination et travail d'équipe sontsouvent facilités par une réserve de bonnes boissons. Je laisse toujours dela place dans mon sac pour une ou deux bouteilles d'une boisson qui coulebien à la fin d'une longue journée. Destinée, bien sûr, à être consommée avecmodération (discipline) !

    Greg Garras est un haut fonctionnaire duHCR. Il a participé à plusieurs urgences humanitaires, y compris enBosnie-Herzégovine, Tanzanie, au Sri-Lanka, en Indonésie et au Timororiental.

Ressources et partenariats

Le HCR a détaché des conseillers à Islamabad, Amman, Nairobi, Juba, Kinshasa, Beyrouth et Dakar, disponibles pour la préparation psychologique. (Voir « Besoin d'aide », ci-dessous).

Si l'on préfère discuter de sa préparation avec un professionnel de santé mentale externe, un SWS peut nous référer à l'un d'eux, sans frais pour le personnel du HCR. Si l'on opte pour son propre conseiller psychologique, on devra en assumer les honoraires qui ne sont pas remboursables.

Contacts principaux

Contacter le Service d'urgence du DESS, HCR. À : [email protected].

Prendre contact avec le responsable chargé du bien-être du personnel du HCR ou avec le responsable de la Section chargée du bien-être du personnel.

Siège (HQ)

Dubravka SUZIC
Chef, Section du bien-être du personnel
Téléphone au bureau: +41 22 739 7947
Téléphone portable: +41 79 202 2417
Adresse Skype: dudasuzic
Adresse électronique: [email protected]

Verane BRAISSAND
Fonctionnaire chargé du-être du personnel
Téléphone au bureau: +41 22 739 8235
Téléphone portable: +41 79 217 3191
Adresse Skype: verane.braissand
Adresse électronique: : [email protected]

Sandrine ZUGER
Fonctionnaire chargé du-être du personnel
Téléphone au bureau: +41 22 739 7764
SKYPE: sandrinez7
Adresse électronique: [email protected]

Seynabou BADIANE
Conseiller du personnel
Téléphone au bureau: + 41 22 739 7605
SKYPE: seynabou009
Adresse électronique: [email protected]


Agents régionaux du bien-être du personnel

Lilian EWAGATA
Administrateur Principal Régional du Bien-Etre du Personnel
Nairobi, Kenya
Téléphone: +254 20 4222 000 poste : 2610
Téléphone portable: +254 735 337 609
PAMA: 90 254 02 2610
Adresse Skype: Lilian Ewagata
Adresse électronique: [email protected]

Najlaa JARBOU
Administrateur Assistant du Bien-Etre du Personnel
HCR, Damas, Syrie
Téléphone au bureau: +963 21 224 0664 ext. 2116
Téléphone portable: +963 930 230 708
Adresse électronique: [email protected]

Wafika Reem TAFRAN
Administrateur Assistant du Bien-Etre du Personnel
HCR, Damas, Syrie
Téléphone au bureau: + 963 11 218 12116
Téléphone portable: +963 993319722
PAMA: 9096301 2116
Adresse SKYPE: Wafika Tafran
Adresse électronique: [email protected]

Achille KODO
Administrateur Principal Régional du Bien-Etre du Personnel
HCR Dakar, Senegal
Téléphone au bureau: + 221 33 867 6207, poste 2155
Téléphone portable: + 221 786 370823
PAMA: 90 221 01 2155
Adresse Skype: achille.kodo
Adresse électronique: [email protected]

Marieme DIOUF NDIAYE
Administrateur Principal Régional du Bien-Etre du Personnel
HCR, Amman, Jordanie
Téléphone de bureau: +962 65 100 460, poste 2117
Téléphone portable: +962 79 570 43 64
PAMA: 90 96202 2117
Adresse électronique: [email protected]

Fadi HAMDI
Administrateur du Bien-Etre du Personnel
HCR Juba, Soudan du Sud
Téléphone au bureau: + 211 01 2000
Téléphone portable: +211 924584011
PAMA: 90 211 01 2115
Adresse SKYPE: fadihamdi55
Adresse électronique: [email protected]

Dans cette section:

Faites-nous part de vos commentaires

Aidez-nous à améliorer l’expérience utilisateur de notre nouveau site en nous faisant part de votre opinion…

Faites-nous part de vos commentaires

Aidez-nous à améliorer l’expérience utilisateur de notre nouveau site en nous faisant part de votre opinion…

Aidez-nous à maintenir le manuel à jour
Suggérer une amélioration à cette page

Bienvenue sur le nouveau site Web du Manuel du HCR pour les situations d’urgence. Les membres du personnel du HCR peuvent se connecter à l’aide de leurs identifiants. À partir du 1er avril 2023, les autres utilisateurs pourront s’enregistrer à nouveau ici.